Et tout le reste

Des cases, toujours des cases…

Salut, salut !

Comme tu le sais peut-être depuis le mois de Janvier j’ai arrêté presque du jour au lendemain de manger des produits d’origine animale et j’ai aussi limité au maximum leur utilisation au quotidien.

Je dis que j’ai limité au maximum tout simplement car je n’ai pas jeté ceux que j’avais déjà (comme des bottes avec les semelles en cuir ou de la cire d’abeille pour mes préparations cosmétiques) mais aussi qu’il m’est arrivé d’utiliser du miel : dans une crème pour le mains qui a été la seule à soulager un eczéma et quand j’ai eu ma sinusite car il n’y a que ça qui a mis fin à mes terribles maux de gorge.

Au départ j’aimais à dire que j’étais en transition vers le veganisme puis petit à petit je me suis rendue compte qu’en disant ça je m’étais enfermée dans une « case » et que les gens jugeaient chacun de mes comportements pour voir si je restais bien dans ma case. Et ça… Ça ne me plaît vraiment pas !

C’est de ça que je voudrais te parler aujourd’hui. De ce besoin qu’à l’animal humain de se retrouver dans des cases, avec des critères et avec ses congénères qui vont veiller derrière à lui faire remarquer chaque erreur, chaque écart.

Sauf que ce n’est pas si simple la vie. Le choix qu’on fait à un moment donner ne va peut-être plus convenir au bout de 6 mois, d’un an… Par exemple ayant perdue beaucoup (trop) de poids j’ai décidé au moins temporairement d’être moins stricte avec mon alimentation. Même si j’évite toujours au maximum les POA (produits d’origine animale ;-)) il m’arrive de temps à autre de manger un paquet de gâteaux ou de craquer sur cette « carbonara » qui me fait tant envie (même si en général je le regrette quand je suis malade les jours suivant mais ça c’est une autre histoire ^^).

Je crois qu’en fait on s’en fiche des cases, de correspondre aux critères d’un tel. Maintenant je me dis que le regard des autres je m’en fiche, je ne dirais plus rien, au restaurant je dirais simplement que je n’ai pas envie de manger de viande et puis c’est tout.

Aujourd’hui je me dis végétarienne, étrangement les gens jugent beaucoup moins le végétariens et ne surveillent pas sans arrêt ce que tu mets dans ton assiette, même si ça ne me convient qu’à moitié parce que je suis toujours dans une de ces maudites « cases » … Mais finalement tout ce qui compte pour moi c’est de faire les choses pour moi, pour mes convictions. Je ne souhaite plus participer à la souffrance des animaux mais je ne suis qu’une humaine et il m’arrive de faire des erreurs, de céder à la tentation de choses que j’ai toujours consommées (et aimées), peut m’importe l’avis des autres je sais où moi je veux arriver et ça prendra le temps et les erreurs qu’il faudra.

Et toi tu a parfois l’impression de t’être enfermé dans une / des cases ? N’hésites pas à partager ton histoire.

Pleins de bisous libres 🤗

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s